Sélectionner une page

Découvrir sa région par l’art public

Il y a quelques années, une initiative de Vrille Art Actuel financée par la MRC de Kamouraska a permis de créer un bijou de document, un travail colossal qui recense les œuvres d’art public du territoire permanentes et éphémères. 

Ce document est issu d’une volonté de plusieurs acteurs du milieu de colliger les œuvres d’art public qui parsèment le territoire, ces œuvres qui nous accompagnent tous les jours, mais qu’on ne remarque plus ou pour lesquelles nous ne connaissons pas leurs histoires.

Un travail de moine a été réalisé pour réaliser le document qui met en lumière l’auteur, sa biographie et surtout la démarche artistique derrière l’œuvre.

Les touristes ou locaux sont donc invités à télécharger le document et à survoler ce qui les interpellent dans le but ensuite de faire une petite boucle à pied, à vélo, en moto ou en voiture pour les découvrir d’un nouvel œil. Un peu à l’image d’une route de saveurs ou des bières, le circuit d’art public proposé réinvente la façon de faire un « road trip », et ce, gratuitement.

Cette invitation prend d’autant plus son sens que les déplacements à l’été 2021 seront limités à la situation sanitaire ce qui fait que c’est un bon moment pour profiter de ce document et découvrir d’un nouvel œil les œuvres extérieures qui parsèment
le territoire.

Plusieurs exemples d’œuvres d’art public attirent l’attention dans ce document de 53 pages. Par exemple, « La posture du pin » de Miguel Forest à Sainte-Hélène-de-Kamouraska qui est chargée d’histoire et évoque l’établissement des premiers colons dans la municipalité, en lien avec le pin, que l’on trouvait abondamment sur le territoire.

On peut penser aussi à l’œuvre « Et vogue Aimée » qui peut être vue à Saint-André-de-Kamouraska. L’épave ensablée de François Maltais rappelle le passé maritime du village, les défis que la navigation sur le Saint-Laurent pose depuis toujours et le passage du temps vécu, symbolisé par les enfants. La volonté de création est d’échafauder une représentation réaliste d’une image marquante du patrimoine marin local, la goélette, permettant une appropriation ludique des jeunes enfants par le jeu.

Finalement, prenons à titre d’exemple « Amitié, Coutances – La Pocatière » de Jean Guillot, à l’Hôtel-de-Ville de La Pocatière. L’œuvre représente divers personnages en mouvement qui font le pont entre les deux structures de béton. Elle a été érigée en 1994 pour signaler le jumelage de la ville de La Pocatière à celle de Coutances, en France, soulignant le 10e anniversaire du comité de ce jumelage.

SITUÉE DANS LA MAISON DU KAMOURASKA

Quand vous venez à La Pocatière, profitez-en pour voir l’Expo Permanente sur les marais salé de la Grande Anse située à la Halte touristique, en plus de toutes les autres attractions de cette belle ville. Informez-vous

Pour information :
418 856-5040